UN PEU D’HISTOIRE

L’abbé Dibildos : Fondateur de l’école Gerson

Edouard-Hippolyte-Marie Dibildos nait le 15 mars 1856 à Valladolid en Espagne, de parents basques. Il intègre en 1873 au grand séminaire d’Issy. En 1882, il prépare la fondation de Gerson qui ouvre ses portes en septembre 1884. En 1902, il devient le troisième supérieur général de la Compagnie des Externats de Lycéens. Il quitte Gerson en 1908, après 34 ans de présence, pour diriger Bossuet jusqu’en 1922. Il reste alors supérieur des Externats, puis en 1932, supérieur général honoraire jusqu’à sa mort qui survient le 10 janvier 1939. Deux fois chanoine, des chapitres de Paris et de Bayonne, il reçut la Légion d’honneur en 1930 à la demande de ses anciens élèves.

Ce bref aperçu rend compte d’une personnalité qui a beaucoup impressionné à l’époque. L’Abbé Dibildos fut un éducateur. Il consacra sa fortune et sa vie à l’enseignement. Il fut un esprit brillant qui impressionnait ceux qui l’approchaient.

Intelligent, l’Abbé Dibildos fut aussi un esprit ouvert et complexe. Il détestait l’esprit de système, « un esprit, non pas une doctrine particulière », ainsi définit-il les principes d’éducation des Externats.

Le fondateur de Gerson fut un homme d’action, entreprenant et énergique. Créateur, organisateur, propriétaire de Gerson, il jouait à la pelote basque avec les élèves aussi bien qu’il enseignait. Le fronton de pelote existe encore.

Il fut peut-être, surtout, un homme heureux de vivre son expérience éducative : « si j’avais à refaire ma vie… je serais prêtre, prêtre éducateur, prêtre éducateur de Lycéens. Nous avons le plus beau métier du monde » (Discours de l’Abbé Dibildos au banquet des anciens élèves de Bossuet vers 1910)

Pourquoi Gerson ?

gerson002Après Bossuet, Fénelon et Ozanam, c’est Gerson qui est choisi pour donner son nom au quatrième externat de Lycéens. On remarque tout de suite qu’aucun de ces établissements ne porte le nom d’un saint. Il y a là plus qu’un hasard. On ne veut pas imposer aux Lycées la présence d’une institution trop ouvertement cléricale. De plus, le choix se porte sur des intellectuels connus autant pour leur intelligence que pour leur vie religieuse : il s’agit de trouver un terrain d’entente avec l’Université.

En effet, Gerson est en 1884 une figure incontestée de l’Université. Dix ans plus tôt, la ville de Paris a offert une statue de Gerson pour la façade de la chapelle de la Sorbonne : elle s’y trouve encore aux côtés de Bossuet et saint Thomas d’Aquin. Or, saint Thomas d’Aquin est le patron de l’école Gerson ; il a son vitrail dans la chapelle.

Le symbolisme des Externats reprend celui de l’Université. Lorsque la Sorbonne est reconstruite, à la fin du XIXe siècle, la rue Gerson disparaît ; mais une grande Galerie Gerson traverse le nouvel édifice. « Gerson, le philosophe Gerson, l’honneur éternel de l’Université, avait écrit Voltaire, d’accord pour une fois avec le clergé…

Il n’est pas question, ici, de retracer en détail la vie de cet illustre personnage. Né le 14 décembre 1363, Jean Charlier ajoutait à son nom celui de Gerson, le hameau des Ardennes, actuellement disparu, où il était né. Il devient, après de brillantes études qui le lient aux premiers humanistes français, Chancelier de Notre-Dame et de l’Université (1395).
Sa vie fut partagée entre l’enseignement, une œuvre théologique, les problèmes de la guerre de cent ans et du grand schisme. Il eut surtout un rôle actif au concile de Constance (1415-1418). Ne pouvant rentrer à Paris, il mourut à Lyon le 12 juillet 1429, deux ans avant Jeanne d’Arc, dont il avait défendu la mission.

Des miracles eurent lieu, et plusieurs martyrologues en font un bienheureux. Mais, accusé d’affirmer la supériorité du concile sur le pape et d’être un des fondateurs du gallicanisme, il ne fut jamais canonisé. Il eut aussi une œuvre pédagogique importante. Le vitrail de la chapelle de l’École représente d’ailleurs le chancelier entouré d’enfants.

Le rythme du temps

1882Été 1882 – été 1884. La préparation
L’abbé Dibildos reçoit du nouveau supérieur des externats, Raymond Clément, la mission de créer Gerson. Pendant deux ans, il complète sa formation universitaire tout en préparant le projet.

1884Octobre 1884 – octobre 1887. Le premier Gerson
L’expérience débute de manière intime avec quelques dizaines d’élèves rue Singer. C’est là que se forme la première équipe.

18951895 – 1914. La belle époque
Vingt ans de tranquille gestion dans le Paris triomphant de l’avant-guerre qui se retrouve dans le style optimiste des discours de l’époque.

19141914-1918. La Première Guerre mondiale
La guerre fait de nombreuses victimes parmi les anciens. C’est une expérience pour plusieurs prêtres et professeurs.

19181918- 1939. L’entre-deux-guerres
Gerson retrouve la paix.

19391939 – 1945. La Seconde Guerre mondiale
Une proportion de morts élevés : des élèves de Gerson s’engagent outre-mer ou dans la résistance. Mais la guerre prépare les changements de société qui auront raison de l’externat.

19451945 – 1968. La liquidation de l’externat
La venue de l’abbé Philippot à la direction en 1961 marque un tournant : l’externat n’est plus la priorité et le Gerson actuel naît du développement des « classes intérieures ».

19681968 – 1978. Les « dix ans » de l’abbé Philippot
L’abbé Philippot s’était donné dix ans pour faire d’un collège sans réputation un établissement secondaire arrivé à maturité. C’est une époque marquée par des tâtonnements, des expériences nombreuses, des initiatives, des échecs comme des réussites. Un « nouveau bâtiment » est construit.

19781978 à nos jours.
Une nouvelle époque s’ouvre avec des effectifs en augmentation, moins conquérante et militante que la précédente, mais marquée par une amélioration plus discrète, mais indispensable de la qualité.

Liste des directeurs

1884-1908 Abbé Edouard Dibildos
1908-1919 Abbé Octave Clément
1919-1936 Abbé Pierre Lorette
1936-1944 Abbé Arsène Halot
1944-1955 Abbé Paul Jannot
1955-1960 Abbé Charles Vicat
1960-1961 Abbé Marcel Nibault
1961-1983 Abbé Gaston Philippot
1983-1991 Abbé André Mariot
1991-1993 M.Yves Doubliez
1993-2003 Mme.Véronique Field
2003-2011 M. Pascal Corbin
2011-20.. M. Philippe Person

Chefs d'établissement du 1° degré

1983-1988 Mme Jacqueline Clais
1988-1995 Mme Denise-Francoise Beauzamy
1995-2008 M. Michel Grimaud
2008-2014 Mme Laurence Leblanc
2014- .... Mme Hélène Ceret-Lartigues

► Quelques dates

1792
Vente par adjudication du terrain actuel de Gerson par lotissement du parc du château de la Muette le long de la rue de la Pompe.

1828
L’avocat Janson de Sailly lègue un terrain à l’Université pour la construction d’un collège.

1831
naissance de Jules Léon Adolphe Thenon.

1856
Naissance d’Edouard Hippolyte Marie Dibildos à Valladolid (Espagne).

1866
Dès sa sortie du séminaire, l’abbé Thenon fonde un externat de lycéens qui devient l’Ecole Bossuet.

1879
L’abbé Dibildos vient d’être ordonné prêtre. Il rentre aussitôt à Bossuet.

1881
Pose de la première pierre du lycée Janson de Sailly.

1882
L’abbé Dibildos quitte Fénelon pour reprendre ses études et préparer la création de Gerson.

1884
2 octobre, les premières inscriptions à Gerson.

1886
1er juin, vente par adjudication du terrain 27 à 33 rue de la Pompe. L’abbé Dibildos s ‘en porte acquéreur pour la somme de 360 100 francs.

1887
8 octobre, déclaration d’ouverture de Gerson à l’Académie de Paris pour le 31 rue de la Pompe.

1891
Construction de l’aile gauche côté rue de la Pompe.

1893
Fondation de l’association des anciens élèves.

1895
Construction de la chapelle.
Percement du boulevard Émile Augier : expropriation et alignement du terrain de Gerson.

1897
Création de la SCI de l’école Gerson. L’abbé Dibildos était jusque-là seul propriétaire.

1908
Le fondateur quitte Gerson pour aller diriger Bossuet.

1925
Statut diocésain de la Compagnie des prêtres des externats de lycéens.

1927
Création du groupe scout de Gerson (44° Paris)

1939
10 janvier, mort du Chamoine Dibildos à Bossuet.

1968
Décision de fermer l’externat de lycéens de Gerson.
Mise sous contrat des classes

A partir de 1983
Introduction progressive de la mixité.

1995
Grands travaux de rénovation du self, cuisines et salles à manger.

1996
Rénovation du bâtiment du primaire et des maternelles.

2008
Rénovation d’un corps de bâtiment du lycée et création de deux grands salles de 80 élèves pour les études et devoirs.
Restructuration du CDI et du BDI.
Rénovation et création d’un amphithéâtre polyvalent.

2013
Rénovation totale du bâtiment principal du Lycée.

2014
Réhabilitation de l’entrée principale de Gerson et installation d’un ascenseur.

2015
Rénovation de toutes les classes du collège et des bureaux administratifs.